L’origine et le développement du projet

Buron et grange - 1998

« Se retirer dans la montagne »

Proche de la retraite, Dominique Mérigot fait l'acquisition en 1999, à l'extrémité de la vallée de Brezons, à 1210 m d'altitude sous le Plomb du Cantal, de deux burons du 18 ème siècle abandonnés, et leurs bédélats en ruine, à 300m de distance l'un de l'autre. Les burons sont ces petites habitations de bergers entièrement en pierre pour la pratique de l'estive, période pendant laquelle les troupeaux étaient gardés en altitude. Les vachers y séjournaient dans une pièce où ils fabriquaient également le fromage et celui-ci était ensuite placé dans la cave adjacente, semi-enterrée, en attendant l'automne. La grange ou bédélat abritait les bêtes par mauvais temps.

Une opportunité

L'année suivante, Olivia Guéroult, son amie, va pouvoir acquérir une petite maison dans le hameau voisin, Sanissage. Dominique la remet en état et Olivia le rejoint en 2004.

Se retirer et partager

Les burons, appellent à l'isolement et à l'ouverture intérieure. Les granges en ruines portent en elles des possibilités d'accueil et de partage. La nécessité d'espaces de ressourcement leur paraît évidente dans le contexte social actuel. Commence alors un vaste projet de remise en état du premier site, buron et bédélat. Dominique engage la restauration du buron. Puis la grange sera entièrement rebâtie avec des aides financières du Conseil Général, de l'Europe et de la Fondation du Crédit Agricole. Des ami(e)s viennent prêter main forte pendant l'été. Journées de partage et de convivialité qui donneront naissance à une association « L'ermitage de Grandval », du nom des Bois de Grandval qui entourent les bâtiments et du Cirque qui les surplombe.

Une association pour un lieu de ressourcement

Les statuts de l'association ont été déposés en sous-préfecture en début d'année 2012. Ils témoignent du désir et de la volonté de ses membres de promouvoir des valeurs fortes : le partage, la liberté de conscience, la laïcité. Ils souhaitent inscrire leur action dans le respect des principes républicains.
Dominique, propriétaire du site, prête la grange à l'association pour ses activités. Le lieu est dédié au ressourcement. Il n'aura pas la vocation de gîte familial. Pour ce faire, il ne reçoit pas d'enfants. D'autres structures ont cette vocation. Il sera réservé à des adultes, seuls, en couple, en groupe, désireux de prendre du temps dans un espace paisible, en pleine nature, et capables d'assurer leur séjour, voire de participer à l'entretien du site. Les membres de l'association participent à cet entretien par leur adhésion et peuvent, en contre-partie, bénéficier du lieu (voir statuts). Dans ce sens, nous ne nous inscrivons pas dans une logique commerciale. Nous n'avons aucune pression pour que ce lieu fasse le plein ; nous sommes seulement désireux de le faire connaître et d'en faire profiter. Des stages peuvent être organisés pour des activités respectant le caractère paisible du lieu : yoga, chi qong, relaxation, musique et autres activités artistiques, écriture, etc. Un premier stage « yoga et peinture » réunissant 9 personnes durant 5 jours a été une très belle expérience et conforte dans l'idée que ce lieu est propice à ce type d'activités.

Un développement éventuel

Un développement est possible par la restauration du second site, qui pourrait offrir une grande salle de 84 m2, de type dojo. Une coopérative ou une SCI pourrait être créée avec Dominique pour l'occasion.

2017 Ermitage de Grandval